Marseille

Saint-Victor de Marseille

Fiche d’identité

Région : Pro­vence-Alpes-
Côte d’Azur.

Titre : Basi­lique.

Époque : Ve au XIVe.

Style : Antique – Médié­val.

Langues : FR, GB, IT.

Guides : 6.

Ouvert depuis : 2005

Domi­nant de sa robuste sil­houette cré­ne­lée le Vieux-Port de Mar­seille, Saint-Vic­tor nous fait plon­ger aux sources du chris­tia­nisme et aux ori­gines de la plus vieille cité de France. C’est là qu’au Ve siècle, Jean Cas­sien éta­blit un des tout pre­miers monas­tères d’Occident. Au sein de cette nécro­pole paléo­chré­tienne, les Mar­seillais vénèrent le mar­tyr Vic­tor. L’abbatiale garde une tour romane du XIe siècle, un chœur du XIIe et une nef du XIVe siècle ; son inté­rieur est sobre, voû­té d’un ber­ceau bri­sé.
La des­cente dans la crypte aux mul­tiples salles et cha­pelles réserve au visi­teur bien des sur­prises. Autour de l’oratoire pri­mi­tif du Ve siècle s’organise l’espace éton­nant de cette église basse, essen­tiel­le­ment romane. On y véné­rait de nom­breux mar­tyrs dont les restes étaient conser­vés dans de superbes sar­co­phages paléo­chré­tiens. Ornés de sculp­tures pré­sen­tant des scènes de l’Évangile, les sar­co­phages éta­blissent un lien entre la culture antique et la genèse de l’iconographie chré­tienne. Autre rare­té : Saint-Vic­tor conserve le pre­mier gisant de l’histoire, celui d’Isarn, abbé au XIe siècle, qui fit de son abbaye le centre d’un congré­ga­tion qui rayon­na de la Cata­logne à la Sar­daigne. Au centre de la crypte trône la sta­tue assise de Notre-Dame de Confes­sion, de la fin du XIIIe siècle. Un site aty­pique et pas­sion­nant qui fait décou­vrir les tous pre­miers chefs-d’oeuvre de l’art chré­tien. »