Quelle dimension spirituelle ?

Quelle dimension spirituelle ?

« Ce qui est demandé aux membres de la communauté, c’est d’être unanimes dans la communion à la beauté du monument, à son sens, à sa découverte du langage qui y est contenu ; ce qui suppose que, croyants ou non, tous soient respectueux et informés des sources qui ont été utilisées pour lui faire dire quelque chose » (Père Alain Ponsar, fondateur de l’association Casa).

Chaque équipe est libre de s’organiser comme elle l’entend sur le plan spirituel, pendant le temps de sa communauté (échanges sur un thème lié au monument, prière, participation aux offices). CASA est ouverte à tous ceux qui partagent le projet de l’association, basé sur le respect des croyances de chacun (visiteurs, groupe paroissial et guides) et de l’histoire du lieu. Certains sites demandent une participation active aux offices. Il est ainsi recommandé de partager la messe dominicale avec la communauté paroissiale qui nous accueille.

Le cœur de la spiritualité CASA : L’ACCUEIL ! Accueillir dans le respect est le caractère propre de l’association.
Rien n’est à ajouter à la traditionnelle proposition citée dès le début : « il n’y a pas besoin de certificat de baptême, ce qui compte c’est que les guides non chrétiens présentent honnêtement le site dans sa dimension religieuse ».
Mesurons le signe que nous offrons en ayant dans nos communautés des catholiques, protestants, agnostiques, athées… que sais-je encore ! Le royaume se construit dans l’unité du genre humain. Nos communautés ont comme telles une dimension eschatologique ! Riches et pauvres, de convictions différentes, ensemble. Une communauté CASA n’est pas une bonne vieille bouteille réservée à une élite de « spirituels » !
Justement, les vocations dans l’Église sont différentes, il y a une communauté chrétienne sur place, il y a souvent des prêtres pas loin, parfois des moines. Chacun tient la place reçue, ne cherchons pas à remplacer l’absence d’une communauté visible ou de guides spirituels ! Notre place de CASA est véritablement le lieu de réponse à notre vocation, n’ajoutons pas autre chose mais vivons pleinement cette vocation.

Ne cherchons pas à nous saisir d’un rôle, accueillons les visiteurs, faisons un bout de chemin avec eux dans le regard porté sur une œuvre historique dans l’éclaircissement qu’apportent histoire, esthétique et symbolique. Voilà notre vocation !