Quelle dimension spirituelle ?

Quelle dimension spirituelle ?

« Ce qui est deman­dé aux membres de la com­mu­nau­té, c’est d’être una­nimes dans la com­mu­nion à la beau­té du monu­ment, à son sens, à sa décou­verte du lan­gage qui y est conte­nu ; ce qui sup­pose que, croyants ou non, tous soient res­pec­tueux et infor­més des sources qui ont été uti­li­sées pour lui faire dire quelque chose » (Père Alain Pon­sar, fon­da­teur de l’association Casa).

Chaque équipe est libre de s’organiser comme elle l’entend sur le plan spi­ri­tuel, pen­dant le temps de sa com­mu­nau­té (échanges sur un thème lié au monu­ment, prière, par­ti­ci­pa­tion aux offices). CASA est ouverte à tous ceux qui par­tagent le pro­jet de l’association, basé sur le res­pect des croyances de cha­cun (visi­teurs, groupe parois­sial et guides) et de l’histoire du lieu. Cer­tains sites demandent une par­ti­ci­pa­tion active aux offices. Il est ain­si recom­man­dé de par­ta­ger la messe domi­ni­cale avec la com­mu­nau­té parois­siale qui nous accueille.

Le cœur de la spi­ri­tua­li­té CASA : L’ACCUEIL ! Accueillir dans le res­pect est le carac­tère propre de l’association.
Rien n’est à ajou­ter à la tra­di­tion­nelle pro­po­si­tion citée dès le début : « il n’y a pas besoin de cer­ti­fi­cat de bap­tême, ce qui compte c’est que les guides non chré­tiens pré­sentent hon­nê­te­ment le site dans sa dimen­sion reli­gieuse ».
Mesu­rons le signe que nous offrons en ayant dans nos com­mu­nau­tés des catho­liques, pro­tes­tants, agnos­tiques, athées… que sais-je encore ! Le royaume se construit dans l’unité du genre humain. Nos com­mu­nau­tés ont comme telles une dimen­sion escha­to­lo­gique ! Riches et pauvres, de convic­tions dif­fé­rentes, ensemble. Une com­mu­nau­té CASA n’est pas une bonne vieille bou­teille réser­vée à une élite de « spi­ri­tuels » !
Jus­te­ment, les voca­tions dans l’Église sont dif­fé­rentes, il y a une com­mu­nau­té chré­tienne sur place, il y a sou­vent des prêtres pas loin, par­fois des moines. Cha­cun tient la place reçue, ne cher­chons pas à rem­pla­cer l’absence d’une com­mu­nau­té visible ou de guides spi­ri­tuels ! Notre place de CASA est véri­ta­ble­ment le lieu de réponse à notre voca­tion, n’ajoutons pas autre chose mais vivons plei­ne­ment cette voca­tion.

Ne cher­chons pas à nous sai­sir d’un rôle, accueillons les visi­teurs, fai­sons un bout de che­min avec eux dans le regard por­té sur une œuvre his­to­rique dans l’éclaircissement qu’apportent his­toire, esthé­tique et sym­bo­lique. Voi­là notre voca­tion !